Une question à laquelle nous avons pu apporter quelques réponses à l’occasion du voyage d’étude dans l’Ariège (juin 2016), mais cette organisation que propose Terroirs Ariège Pyrénées est-elle transposable à la Creuse ? Afin d’apporter aux élus et partenaires, plus de précisions sur cet exemple de structuration des circuits courts en restauration collective mais aussi, dans l’idée d’entamer une réflexion sur le sujet, les 8 structures présentes en Ariège ont pris l’initiative de réunir l’ensemble des acteurs des circuits courts.img_3529

Structurer les circuits courts en restauration collective, plus de 20 personnes étaient présentes à l’occasion de la deuxième rencontre du 30 novembre dernier !!!

Un premier temps avait déjà permis de valider un travail partenarial entre les territoires de la Com d’Agglo du Grand Guéret et la Com Com des Portes de la Creuse en Marche, la Com Com Creuse Grand Sud et le Pays Combraille en Marche. Il avait alors été demandé dans la perspective d’un second rendez-vous, d’apporter des éléments concrets pour :

  • envisager la création d’une structure nouvelle (association, SCIC, SCOP, GIE…)
  • élaborer un programme d’actions pour 2017 à l’échelle de plusieurs territoires.

reunion-du-30-11-16-3C’est donc à l’occasion de ce second temps de travail que les élus, le Conseil Départemental de la Creuse, la Chambre d’Agriculture, le lycée agricole d’Ahun ou encore Interbio Nouvelle Aquitaine, ont pu réagir sur l’exposé proposé par les techniciens des territoires. Une proposition qui s’articule donc autour, d’un espace de travail commun  pour mener des actions collectives et être au plus près des acteurs de terrain et, la création possible d’une association de préfiguration pour se donner les moyens de mettre en place un « service logistique ».

Ainsi plusieurs chantiers ont été proposés et seront enclenchés dès validation des élus et structures partenaires, à savoir :

  • le montage de l’association de préfiguration
  • l’organisation d’un forum annuel départemental sur l’alimentation (à l’occasion de la semaine du goût en octobre 2017)
  • la formalisation d’un catalogue de l’offre mais aussi de la demande locale
  • la mise en place d’une opération collective sur un voir plusieurs produits (carotte, pomme de terre et viande) pour massifier cet approvisionnement local à l’échelle départementale